Flux RSS d'astronomie

News IRFU

Les news IRFU

TimeWorld Paris 29, 30 juin et 1er juillet 2022: un état de l'art de la construction!

TimeWorld accueille vous accueille les 29, 30 juin et 1er juillet 2022 sur le prestigieux Campus Pierre et Marie Curie, Sorbonne Université. La construction est abordée selon 4 thématiques : • La construction mesurée : mathématiques, physique,informatique, finance  • La construction dans le vivant : médecine, biologie, climatologie, géologie, évolution • La construction perçue : sciences cognitives, psychologie, philosophie, sociologie, histoire, économie • La construction dans l’art : littérature, musique, arts plastiques, cinéma, photographie, jeux Achetez vos pass   Deux des 99 conférences sont données par des physiciens de l'Irfu: Pourrions-nous construire un vaisseau interstellaire ? 30 juin 2022, 10h45 - 11h30 — Amphi 34B Le voyage interstellaire est l’un des thèmes favoris des œuvres de science-fiction. Certains films, comme Star Wars ou Star Trek, mettent en scène des vaisseaux lus rapides que la lumière, incompatibles avec notre physique. En revanche, le film Avatar montre un vaisseau qui semble plus plausible. Mais est-il vraiment crédible ? Saurions-nous le construire ? Et quel peut bien être le carburant qui le propulse ? Enquête sur le Venture Star pour le plaisir de comprendre la physique du voyage interstellaire.     Comment construire une théorie de la gravitation en faisant chuter des corps ? 29 juin 2022, 17h30 - 18h15 — Amphi 34B

The Sky is for Everyone, un recueil d'essais autobiographiques de femmes avec la contribution de Catherine Cesarsky

© Princeton University Press The Sky is for Everyone est un recueil d'essais autobiographiques de femmes qui ont fait tomber les barrières et changer le visage de l'astronomie moderne. Les éditeurs Virginia Trimble (l'une des premières femmes à obtenir un doctorat en astrophysique à CalTech) et David Weintraub (auteur de Life on Mars) ont recueilli le parcours édifiant de 37 femmes astronomes pionnières du monde entier d’aujourd'hui. Ces témoignages démontrent comment ces femmes qui, par leur ténacité et leur détermination, ont ouvert les portes en grand d’un milieu encore trop dominé par les hommes.   Ce livre relate l’évolution des mœurs au cours du temps au travers du monde. Avant 1900, une femme qui voulait étudier les étoiles devait avoir un père, un frère ou un mari pour lui ouvrir les portes, et comment les compétences intellectuelles considérables des femmes astronomes n'étaient toujours pas suffisantes pour leur permettre d'ouvrir les portes des opportunités pendant une grande partie du XXe siècle (ex. Caroline Herschel). Après des décennies de luttes difficiles, les femmes sont plus près que jamais de l'égalité en astronomie. Cette anthologie sert donc d'inspiration aux générations actuelles et futures de femmes scientifiques, tout en donnant une voix à l'histoire d'une ère de transformation de l'astronomie. Parmi les contributeurs figure Catherine Cesarsky qui a beaucoup contribué pour le CEA. Après des études universitaires en Argentine et un doctorat en astronomie à l’université de Harvard, Catherine Cesarsky rejoint le département d’astrophysique du CEA en 1974, dont elle prend la direction en 1985. De 1994 à 1999, elle est nommée à la tête de la Direction des sciences de la matière (DSM), pour devenir entre 2009 à 2012, Haut-commissaire à l'énergie atomique. Depuis elle demeure Haut Conseiller Scientifique au CEA. Elle a également contribué intensivement à l’astrophysique en dehors du CEA, devenant entre autre Directrice Générale de l’ESO de 1999 à 2007 et présidente de l’Union Astronomique Internationale de 2006 à 2009. 

I.FAST lance une nouvelle levée de fonds pour soutenir l'innovation dans les technologies des accélérateurs

Depuis 2021, le projet I.FAST, financé par l'UE, développe des technologies innovantes communes à plusieurs plateformes d'accélérateurs et définit des feuilles de route stratégiques pour les développements futurs. Sous la coordination du CERN, la communauté de 49 bénéficiaires contribue à préparer la prochaine étape de la recherche en physique des particules, à améliorer la durabilité de la science basée sur les accélérateurs et à répondre aux besoins spécifiques des applications sociétales. Le Fonds d'innovation interne (IIF) du projet a été créé pour stimuler l'innovation dans les technologies des accélérateurs. L'objectif principal du fonds est d'encourager les bénéficiaires d'I.FAST à identifier des solutions innovantes ayant un potentiel industriel ou commercial viable. Ce processus accéléré et compétitif financera les technologies émergentes, la recherche, les modèles commerciaux et autres solutions innovantes, tant au stade du développement que du prototype. Les technologies soutenues par le FII doivent être capables de faire progresser l'état de l'art dans des domaines liés aux domaines thématiques du programme I.FAST. Elles doivent également contribuer à améliorer la durabilité des technologies des accélérateurs de particules, en réduisant la consommation d'électricité ou l'empreinte des accélérateurs, en améliorant leurs performances pour un impact équivalent, ou en servant des objectifs environnementaux directs. Les domaines d'intérêt sont les suivants : Nouveaux concepts et technologies d'accélérateurs de particules Accélérateurs à haute luminosité pour les sources de lumière Aimants supraconducteurs innovants Cavités innovantes recouvertes d'une couche mince supraconductrice Technologies et matériaux avancés pour les accélérateurs Concepts et technologies durables Applications sociétales Infrastructure technologique Les projets individuels recevront un financement de 100 à 200 kEUR jusqu'à épuisement du fonds disponible (1.000.000 euros). Les projets soutenus doivent inclure au moins un bénéficiaire I.FAST et un partenaire industriel dans leurs consortiums. Pour soumettre votre proposition, remplissez le formulaire de soumission en ligne sur le site web I.FAST avant le 15 septembre 2022. Pour en savoir plus sur la procédure de candidature, visitez le site web I.FAST ou contactez Marcello Losasso, le gestionnaire du fonds.

Astronome gastronome : une série de 20 films documentaires d’astronomie animée: savourez les 5 premières recettes !

ASTRONOME GASTRONOME est une série qui relate un voyage imaginaire dans l’univers intergalactique reconstitué à l’aide d’images de nourriture. Cette série raconte l’histoire de l’univers à travers les gigantesques galaxies jusqu’aux « touts petits » satellites. Chaque film raconte, comme un « conte scientifique », la vie d’un objet céleste : la formation du système solaire, la naissance et la mort des étoiles, les galaxies, les planètes, le rayonnement fossile, l’énergie noire, et l’exploration spatiale, les débris spatiaux… Invitation au voyage gourmand avec David Elbaz et Thierry Marx   Vous pouvez maintenant  savourez chacune des recettes: Les bonbons en orbite: Par quel heureux hasard sommes-nous là, sur Terre ? Jupiter aurait pu télescoper notre planète et changer le cours de notre histoire. Jus de banane, épices indiennes et quelques gouttes de lait, c’est la recette qui nous permet de suivre la danse des planètes au cœur du Système solaire. Le macaron protoplanétaire: Comment est né notre système solaire ? Le souffle d’une étoile lointaine, de la matière qui s’accumule pour former notre Soleil… Avec un jaune d'œuf, un filet de coulis de framboise et un peu de pâte à crêpes, voici la recette qui donne à voir la naissance d’une étoile. Le soufflé solaire: Poussières et gaz tournaient autour du Soleil. Ces « grumeaux » deviendront des milliards d'années plus tard astéroïdes puis planètes. Une recette à suivre, constituée d’huile de colza, de délicieux boondi ladoo et de crème pour raconter l'histoire du Système solaire. Le bouillon terrestre : Comment est née la Terre ? Collusions d’astéroïdes et de comètes, volcanisme, pluies incessantes, molécules organiques... polenta, pralines, sucre glace... Aïe, ça dérape ! Une histoire de l’Univers pas comme les autres.   Terrine maison : Comment est née la Lune ? Voici l’histoire tumultueuse d’une petite planète, Théia, qui, en fonçant sur la Terre, a finalement permis la naissance de la vie sur la Terre. Pour mieux comprendre, croquons dans quelques gâteaux...     Tous les films sur https://leblob.fr/series/astronome-gastronome

STEREO louche sur les mondes parallèles

Le détecteur STEREO situé à 10 m du centre du réacteur de l’ILL pourrait détecter des neutrons cachés générés dans la cuve d’eau lourde et régénérés en neutrons visibles dans le détecteur. Que sont et où sont ces 25% du contenu de l’univers que nous appelons « matière noire » ? Existerait-il un monde parallèle caché (les physiciens parlent de « brane cachée ») dans lequel pourrait basculer notre matière ordinaire, passant par la même occasion du côté « sombre » ? L’expérience STEREO vient de repousser les limites de ce nouveau monde, de plus d’un ordre de grandeur. L’idée était de tester l’hypothèse selon laquelle un neutron pourrait se convertir en neutron caché, se propager dans une brane cachée et réapparaître plus loin dans notre monde habituel. STEREO est installée auprès du réacteur de recherche de l’ILL à Grenoble-France. Le cœur de ce réacteur produit le plus grand flux continu de neutrons au monde, ce qui en fait une puissante source d’hypothétiques neutrons cachés. 10 m plus loin, le détecteur STEREO renferme 4 m3 de liquide scintillant, bien isolé de l’extérieur par d’épais blindages. Il permet de régénérer et de détecter efficacement d’éventuels neutrons cachés surgissant d’une brane cachée. Au final, pas d’excès significatif de neutron détecté. Le plus étonnant dans cette histoire est que le détecteur STEREO n’était pas du tout conçu pour cela. Le but initial était de mesurer les interactions des neutrinos émis par le cœur du réacteur. Pour cela, il faut être près du cœur et sensible aux neutrons… ce qui a fait de STEREO un traqueur hors pair de branes cachées ! Contacts Irfu : David Lhuillier, lien vers l'article

Junior staff position in the Nuclear Physics Division at Saclay

The LQGP is part of the Department of Nuclear Physics (DPhN) of the Institute of Research into the fundamental laws of the Universe (Irfu) located at CEA Paris-Saclay (France), a member of Université Paris-Saclay. It is composed of eight permanent staff physicists working in the field of experimental quark-gluon plasma physics, specifically on the ALICE experiment at CERN/LHC and the sPHENIX experiment at RHIC. After run 4 of LHC, the physicists of LQGP envision to continue their involvement at CERN turning to the LHCb experiment. Irfu is a highly dynamic scientific environment including research divisions on astrophysics, nuclear and particle physics as well as strong technical and engineering divisions in instrumentation, cryogenics and accelerator technologies. Inside Irfu, DPhN focuses its research on the nucleon and the nucleus, with studies ranging from nuclear structure and reactions to hadron structure and quark-gluon plasma. The LQGP has a strong commitment in the present experimental program of ALICE and in its upgrade for the upcoming Run 3. This concerns the physics analysis, in particular in the quarkonia sector, J/psi and Upsilon, decaying in a muon pair detected with the ALICE Muon Spectrometer. The participation to the sPHENIX experiment would also offer analysis opportunities at a lower energy. For the far future, the group envisions a participation to the LHCb heavy ion program at the horizon of Run 5. A R&D for CMOS pixels in view of the upgrade of the Upstream tracker of LHCb is already engaged. An important activity in the coming years will be the assessment of the performances of the LHCb detector for the heavy ion physics program where the new staff member would play a key role, in addition to a participation in on-going analysis of experimental data. A Ph.D. or equivalent in experimental nuclear or particle physics, with no less than two years of post-doctoral experience is requested. A solid background in QGP physics is highly desired. In-depth experience in high-energy experiments with a good knowledge in detector systems, software, GEANT Monte Carlo simulations, and data analysis, is required. Past experience with silicon detectors would be appreciated. Candidates should send a cover letter describing their research activities and prospects, a Curriculum Vitae including a list of recent or important publications, at least two letters of recommendation, and when applicable an electronic copy of their PhD thesis as well as the jury reports on their manuscript and/or PhD defense. Documents should be sent preferably by email to Danielle Coret (cc: Alberto Baldisseri), or alternatively by postal mail to:   Danielle CORET  CEA Saclay  Irfu/DPhN, Bât 703  F-91191 Gif-sur-Yvette, France For full consideration, all application materials must be submitted by 25th February 2022. A committee will release the list of candidates selected for an interview before end of March 2022. The interviews of selected candidates are foreseen before end of April 2022. For inquiries, please contact Alberto Baldisseri. Call-for-candidates-LQGP-2022.pdf (290 Ko)

Revenir