Flux RSS d'astronomie

News DAp

Les news DAp

Conférence Elbereth 2020 : du 26 au 28 février 2020 , dans l’amphithéâtre de l’Institut d’Astrophysique de Paris .

La conférence Elbereth réunit chaque année les doctorants des laboratoires d’astronomie et d’astrophysique franciliens. Faite pour eux et par eux, Elbereth vise à favoriser les échanges entre doctorants, et à permettre aux participants de découvrir les derniers travaux en astrophysique. Inscrivez-vous avant 10 février Plus d'informations ;   Quelques précisions: Les abstracts sont à soumettre en anglais. Le support de votre présentation orale devra impérativement être en anglais. Vous pouvez présenter en français ou en anglais. N’hésitez pas à nous joindre si vous avez des questions : Par mail : conference.elbereth@gmail.com Sur twitter : https://twitter.com/ElberethConf Le site de la conférence Téléchargez l'affiche

Emission ultra-énergétique d’un sursaut gamma et suivi radio

Une étape importante dans la compréhension de l’émission haute énergie des sursauts gamma vient d’être franchie par la détection par les télescopes cherenkov MAGIC de photons extrêmement énergétiques en provenance d’un lointain (z=0.42 ou 7 milliards de km) sursaut gamma, GRB 190114C. MAGIC (Major Atmospheric Gamma Imaging Cherenkov) est un système de 2 télescopes de 17m de diamètre situé à l’observatoire El Roque de los Muchachos sur l’ile de La Palma aux Canaries. Suite à l’alerte de la découverte du sursaut dans le domaine des photons de quelques dizaines à centaines de keV par les instruments à bord de deux satellites de la NASA Fermi et Swift, les télescopes MAGIC ont pu rapidement pointer GRB191104C. Moins de 50 secondes après le signal d’alerte, MAGIC a détecté, et ce pour la première fois dans le cas d'un sursaut gamma, des photons extrêmement énergétiques, jusqu’à 1 TeV. La puissance du signal observé a fait de cet objet durant la durée de l'émission la source la plus brillante, et de loin (100 fois plus intense que la Nébuleuse du Crabe, un phare à ces énergies), du ciel à très haute énergie. Afin d’obtenir une description la plus complète du phénomène, une campagne d’observation internationale impliquant de très nombreux télescopes, au sol comme dans l’espace, a permis un suivi du sursaut sur tout le spectre électromagnétique, des rayons gamma très haute énergie (TeV) aux ondes radio. A gauche une image HST du champ où a été découvert le sursaut GRB 190114C : la galaxie hôte du sursaut est la galaxie située au centre et éloignée de 7 milliards de kilomètres. A droite mesures et modèles du sursaut ayant conduit à déterminer que le scénario SSC (Synchrotron self-Compton) était le mieux à même pour rendre compte des points de mesure.   En particulier, Evangelia Tremou (Irfu/DAp-Laboratoire AIM du CEA Paris Saclay) et ses collaborateurs ont utilisés les 63 antennes du nouveau radio-interféromètre MeerKAT (situé en Afrique du Sud) pour capter le signal radio du sursaut. Ces observations, effectuées le 15 et 18 janvier 2019 à une fréquence centrée sur 1284 MHz, ont contribué à la couverture spectrale extrêmement complète du sursaut et par là-même sa modélisation. Ces données ont ainsi permis d’écarter certains modèles et de privilégier un scénario où l’émission rémanente très haute énergie du sursaut résulte de l’interaction d’un rayonnement de basse énergie (émission dite synchrotron) avec les électrons énergétiques présents dans le milieu. Ce scénario appelé SSC pour Synchrotron self-Compton implique un spectre à deux bosses (basse et haute énergie) et c’est exactement ce qui est extrait de ces observations multi-longueur d’onde du sursaut GRB 190114C. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature du 20 Novembre 2019 à travers deux publications, l’une décrivant la découverte de FRB 190114C par MAGIC, l’autre basée sur la campagne multi-longueur d’onde associée. Ils illustrent combien la couverture spectrale la plus large possible est un atout pour mieux appréhender et comprendre la physique des sursauts, une démarche au cœur de la mission spatiale franco-chinoise SVOM. Notons également que dans ce même numéro, un article décrit un autre résultat majeur : la détection à très haute énergie par le réseau de télescopes HESS du sursaut GRB 180720B, mais à une phase plus tardive du sursaut, 10 heures après l’émission prompte. (voir Actualités Irfu) Contacts : Evangelia TREMOU

CDD INGÉNIEUR CONCEPTEUR ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE H/F 2019-8929 DRF-IRFU-DAP-LEDES

Contrat CDD Intitulé de l'offre DRF-IRFU-DAP-LEDES CDD INGÉNIEUR CONCEPTEUR ÉLECTRONIQUE NUMÉRIQUE H/F Statut du poste Cadre Durée du contrat (en mois) 12 Description de l'offre En accord avec les thématiques scientifiques du Département, le laboratoire est actuellement impliqué dans le développement de la mission spatiale PLATO de l’ESA destinée à la recherche d’exoplanètes. Dans ce cadre le Département a la responsabilité de l’étude et du dispositif numérique de traitement en temps réel des images des caméras « rapides ». La lecture des détecteurs de type CCD de ces caméras étant réalisée à une cadence élevée le débit de données peut atteindre une valeur de 400 Mbps. Dans ce cadre, afin de renforcer l’équipe projet, le LEDES recherche un(e) ingénieur concepteur en électronique numérique. Afin de valider ce dispositif il est nécessaire de développer un dispositif de test qui permettra d’échanger des données avec le dispositif embarqué. Vous serez chargé(e) de conduire la conception du dispositif de test qui permettra l’injection et l’acquisition des données numériques en entrée / sortie du dispositif du vol. Ce développement pourra être basé sur une implémentation firmware et software dans un SoC (Zynq par exemple) supportant une liaison rapide de type gigabit ethernet avec un ordinateur hôte pour le stockage et l’analyse qualitative des données. A l’issue de ce travail, vous serez amené(e) à mettre en oeuvre l’équipement et le dispositif embarqué afin d’en valider les fonctions et performances. Ces activités se dérouleront au sein d’une équipe projet composée d’ingénieurschercheurs CEA en relation avec nos partenaires des autres instituts de recherche français, étrangers ou institutionnel (CNES et ESA). Des déplacements et missions en France et en Europe sont à envisager. Profil du candidat Vous êtes titulaire d'un diplôme d'ingénieur et possédez des compétences en électronique numérique. Vous êtes intéressé(e) par une activité couvrant des aspects expérimentaux. Vous maîtrisez : - les systèmes et composants électroniques numériques tels que les FPGA - les environnements de développement des FPGA tel que VIVADO - le développement logiciel embarqué (C, C++, …) - l'anglais écrit et oral technique Vous avez un bon niveau rédactionnel.Vous appréciez travailler au sein d'une équipe projet, tout en sachant faire preuve d'autonomie dans vos tâches quotidiennes. Vous êtes méthodique et rigoureux(se). Critères candidat Formation recommandée Ingénieur Electronique Disponibilité du poste 01/05/2019  

Revenir